Foire Aux Questions

Le compost est-t-il homologué et qu’en fait-on ?

Le compost de nos Eco-Digesteur répond à la norme AFNOR compost NF U 44-051. Il est par ailleurs hygiénisé par une partie du cycle se déroulant à 70°C éliminant ainsi les pathogènes. Il représente 10% à 20% en volume et en poids des entrants, permettant un ramassage plus espacé en milieu urbain en tant que biodéchets (Voir Art. R 541 du code de l’environnement ci-dessous), limitant ainsi les coûts et pollutions bien souvent de façon suffisante pour amortir la machine.
Plus généralement ce compost est destiné à un usage agricole au profit du service des espaces verts de la commune, des producteurs ou agriculteurs locaux, ou des citoyens pour un usage selon un ratio de 1Kg pour 10 kg de terre.  De plus en raison de son fort pouvoir fertiligène il est fort prisé pour les installations de biogaz dont il accélère la fermentation. (Certificat de conformité NF U 44-051 sur demande.

Qu’appelle-t-on biodéchets ou DOA (déchet organique alimentaire) ?

Définis par l’article R541-8 du code de l’environnement comme « tout déchet non dangereux biodégradable de jardin ou de parc, tout déchet non dangereux alimentaire ou de cuisine issue notamment des ménages, des restaurants, des traiteurs ou des magasins de vente au détail, ainsi que tout déchet comparable provenant des établissements de production ou de transformation de denrées alimentaires. » 

Ils regroupent principalement :

  • Les déchets provenant des industries agroalimentaires. 
  • Les déchets verts provenant des jardins.
  • Les déchets issus des cuisines.

NB : par précaution, tous biodéchets collectés auprès des ménages, contenant des déchets de cuisine et de table (DCT), sont considérés comme des SPAn 3 (sous-produits animaux de catégorie 3) car pouvant contenir des produits à base d’œuf, de lait et de viande (CE 1069/2009).

Cette classification impose d’intégrer un traitement d’hygiénisation comme par exemple une montée et un maintien en température pendant une durée donnée afin de prétendre au terme de compost. Il n’y pas d’agrément nécessaire pour des quantités de déchets inférieures à 1 tonne hebdomadaire.

Quelle est la réglementation afférente à ces machines ?

Ces Eco-Digesteur sont, comme toutes machines industrielles, soumis à « la directive machines », incluant les normes électromagnétiques auxquelles répondent nos machines certifiées CE.
Les biodéchets sont eux réglementairement définis par l’article R 541 – 8 du Code de l’environnement dans les termes suivants : « tout déchet non dangereux biodégradable de jardin ou de parc, tout déchet non dangereux alimentaire ou de cuisine issu notamment des ménages, des restaurants, des traiteurs ou des magasins de vente au détail, ainsi que tout déchet comparable provenant des établissements de production ou de transformation de denrées alimentaires ». (Cf.  « réglementation concernant les déchets alimentaires » de l’ADME). Des biodéchets bio, donneront de facto du compost bio. L’Art. 204 de la loi portant engagement national pour l’environnement, dite Grenelle 2, défini lui les obligations de tri et valorisation des bio-déchets depuis le 01/01/2016 en fonction des volumes générés et fera obligation à tous de les valoriser au 01/01/2024, particuliers compris.

Durée du traitement dans la machine ?

Grace à un consortium breveté d’enzymes, au brassage mécanique permettant l’oxygénation permanente du compost en évitant l’effet bouillie et la gestion de la température interne, dont une partie est produite par la réaction chimique elle-même, un cycle complet se déroule sur 24H en fonctionnement continu en générant une diminution en poids et volume de 80 à 90%. On peut néanmoins charger au fur et à mesure (Rapport d’huissier disponible sur demande).

Est-il nécessaire de réensemencer à chaque chargement ?

Concernant le traitement des biodéchets par nos Eco-Digesteurs, à l’issue de chaque cycle une partie du compost est laissé dans la machine à un niveau défini, permettant ainsi à la flore bactérienne de continuer de se développer, ce qui ne nécessite pas de besoin de réensemencement de consortium et permet un fonctionnement en continu. Un réensemencement est à effectuer après chaque arrêt long du processus, comme lors d’une période d’arrêt pour congés par exemple, ainsi que lors de la visite annuelle de maintenance préventive ou à chaque intervention technique nécessitant la vidange totale de la cuve.

Matériels et consommables associés nécessaires (broyeur, bacs de stockage…) ?

Des options sont possibles selon la nature et le volume des déchets potentiels.Un broyeur facilite par défaut le travail des bactéries, et est rendu nécessaire en cas de présence de trop gros os et autres produits carnés ou de poissons (> à 12 mm) afin de respecter les 24 heures. Au-delà d’une tonne/semaine et si on ne peut pas garantir l’absence de déchets de catégorie SPAn3 (viandes, poissons…) > à 12mm, sa présence permet de conserver le titre de compost normé et non de simple fertilisant. Dans le cas d’emballages compostables trop rigides, il s’avère également indispensable pour une digestion complète et la production d’un compost sans « petits morceaux », qui devraient finir leur dégradation plus longue dans le sol.

Un compacteur intégré pour les déchets contenant trop de liquide ou de gras, est dans ce cas associé à un déshuileur classique de cuisine en externe pour un rejet aux égouts en toute conformité.

Un lève poubelles en façade (sauf option latérale) si l’alimentation doit se faire par l’intermédiaire de ce type de containers (Cf. ED-200 + broyeur et lève poubelles ED-200 installé en extérieur dans un supermarché).

Concernant les consommables : nous pourrons fournir les emballages compostables et parfaitement digérables par nos machines DOA, avec vos Déchets Alimentaires et Organiques, durant le cycle de 24h suivants :

  • Sacs poubelle compostables, avec certification TUV Rheinland « OK Compost Home et Industriel », en formats : usage manuel 80L et doublures des conteneurs en 120L et 240L.
  • Film étirable alimentaire, avec certification TUV Rheinland « OK Compost Home et Industriel », en formats habituels recharges 300 m x 30 cm et 45 cm en 10µ (caisses x4).
  • Les appareils étant intégralement en inox 304, l’entretien extérieur se fait avec des produits du commerce destinés à cet usage. L’idéal pour la manutention et le stockage du compost est l’usage de boites plastiques fermées.
  • Pour les raisons exposées ci-dessus, et sauf exception justifiée et à la demande, toutes nos machines à partir des ED-200 sont commercialisées avec broyeur intégré ainsi qu’un lève poubelle en façade (ou latéral en option) dans la mesure où le broyeur est situé au-dessus de la cuve, son entrée est donc à environ deux mètres du sol et que 200 kg/jour de déchets, même en sacs individuels, ne peuvent que générer des risques de troubles musculo-squelettiques pour le personnel ou d’accidents.

Quelle surface est nécessaire pour l’installation du matériel (machines, stockages) ?

Un endroit non accessible au public, ou un local fermé pour éviter les dégradations est recommandé. Bien qu’étant en inox 304, si la façade du local peut très bien être constitué par un grillage avec portillon (posé une fois la machine installée ou permettant son passage) un auvent est nécessaire pour la protéger de la pluie. La surface nécessaire dépend du type de machine et de ses options, (Cf. documentation technique). Il faut prévoir une zone de manœuvre suffisante au chargement selon les engins utilisés. Un espace de stockage du compost offrant une capacité de : Capacité de la machine *0,15 (taux de réduction moyen de 85%) * nombre de jours entre deux enlèvements. Exemple ED-200 = 200*0,15 = 30 kg/jour * 7 jours (pour un ramassage hebdomadaire) = 210 Kgs +/- marge de sécurité pour jours fériés décalant la collecte. Ce lieu de stockage devra être ventilé par une sortie d’air supérieure (D=100 ou150 mm), que nous équiperons également d’un filtre à charbon actif, et d’une prise d’air basse.

Est-il possible de disposer d’une machine sur mesure ?

Maitrisant toute la chaine allant de l’ingénierie à la production, nous permettant la conception complète de centres de traitement dépassant les 10T/jour, et bien que la gamme soit normalisée pour des raisons d’efficience, sous certaines réserves techniques induites par les dimensions des moteurs ou autres en fonction du volume, nous pouvons, à coûts quasi équivalents, faire du sur mesure. Ainsi une machine de 88 cm de large au lieu des 112 initiaux a-t-elle été livrée pour passer par une porte de 90 cm !

Quelles sont les réservations nécessaires (Génie Civil, Electricité, évacuation…) ?

Initialement seules une alimentation électrique en triphasé, de puissance adaptée à la machine (Ex : ED-100 sans option = 10KW Cf. PJ fiches techniques), ainsi qu’une évacuation d’air (D = 100 ou 150 mn) sont nécessaires. Néanmoins pour certaines options et pour le confort lors du nettoyage, un point d’eau et une évacuation sont souhaitables.

Quelles sont les précautions au regard des nuisances éventuelles (olfactives…) ?

Bruit : Hormis le broyeur, si option et à la durée de fonctionnement limitée, les machines sont peu bruyantes puisque seul le bras de brassage à rotation lente fonctionne.

Odeurs : Un filtre à charbon actif dimensionné monté sur la sortie d’air limite les nuisances olfactives.Il n’y a pas d’autres nuisances, au contraire pas de nuisibles donc pas de frais de dératisation, pas de guêpes et autres habituées des bennes de collecte exposées en plein soleil.

Quelles sont les modalités de suivi du matériel (maintenance) ?

Les machines sont garanties deux ans. Un contrat d’extension de garantie est proposé tout comme un contrat de maintenance. Une visite technique annuelle est nécessaire. La maintenance serait assurée par un centre régional agréé tout comme la mise en route et la formation des utilisateurs à cette occasion. Ponctuellement des opérations pédagogiques de sensibilisation peuvent également être associées. Une assistance technique téléphonique est assurée sur un numéro dédié durant les jours et heures ouvrables.

Quelles sont les modalités de suivi de la production du compost (analyses physico-chimiques…) ?

Sous réserve du respect des entrants, le compost issu de nos Eco-digesteur utilisant notre consortium de bactéries breveté et certifié, est homologué NF U44-051 (voir conformité Eco digesteur). Nos clients professionnels font périodiquement réalisés par des laboratoires indépendants des analyses (Cf. « rapport d’analyse poisson » et « LAB15-6955-1-8 », sur demande.)

Quels sont les retours d’expérience sur les sites équipés ?

À ce jour nous comptons de nombreuses réalisations d’Eco-digesteurs dans tous les domaines, restauration collective, hôtels, GMS, industrie agroalimentaire, ainsi que des centres de traitement de déchets avec des machines traitant de 5kg à 2T/jour. Vous trouverez ci-dessous deux exemples :

Plus d’informations et vidéos dans la rubrique actualités du site sur https://eco-digesteur.fr  Pour tout renseignement complémentaire, possibilité de rendez-vous téléphonique ou par visioconférence au 06 67 95 53 79.

Existe-t-il des solutions financières ?

Toutes ces prestations peuvent faire l’objet d’une solution globale de location financière intégrant le maintien en conditions opérationnelles, extension de garantie, analyses…

Comment sont dimensionnées les machines?

Notre outil de dimensionnement intègre plusieurs sources et bases de données officielles. Il part des informations recueillies lors de la première visite. Les volumes, la nature et les catégories de biodéchets varient néanmoins pour chaque client selon son mode de fonctionnement et ses spécificités. La cohérence du résultat est comparée par rapport à nos installations existantes présentant des similarités.
Trois cas se posent :
Le plus simple est celui de la restauration collective pour laquelle nous disposons de nombreuses données qualifiées par typologie de cuisine et type de repas: cuisine centrale, scolaire, restauration à emporter, chaine ou indépendante, restauration type brasserie avec préparation totale ou partielle… Les données et relevés du Groupement National de la Restauration et de l’ADEME, repris par la circulaire du 10/01/2012, ainsi ceux de l’UE nous permettent une approche assez fine de la quantité de biodéchets générés par repas.
Celui de la GMS est plus varié et moins qualifié en dehors d’une simple étude donnant 2kg/ M2 /an tous rayons confondus et un tableau définissant le seuil de production de biodéchets par catégorie de surface dans le commerce alimentaire. IIl nous faut donc affiner, notamment par type de biodéchets pour faire une offre technico -commerciale la plus adaptée possible en termes de volumes et d’options.
Le modèle économique de la location permet de s’affranchir des agrandissements ou changements d’échelle futurs.
Concernant les industries agroalimentaires, soit généralement elles connaissent la nature et leurs volumes de déchets produits par catégorie, soit il est nécéssaire d’évaluer par pesée ces volumes moyens concernant les bio-déchets.